Partagez|
Un choc de cultures[PV. Marek]Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Siège de la Division 13

avatar
Mitsue Kyoraku

Messages : 73


Feuille de l'esprit
Level: 70
XP:
3613/10000  (3613/10000)
Etat actuel: Vivante

MessageSujet: Un choc de cultures[PV. Marek] Jeu 12 Mar - 21:04




Image

Brutalité et Douceur

Je hais les hommes.

Je viens de sortir de la quatrième division, et pourtant, la douleur lacérant mon bras est toujours là… Bon, je ne m’inquiète pas non plus, si j’en croyais les médecins, je serais remise d’aplomb d’ici quelques jours, deux semaines tout au plus. Cependant, c’est toujours aussi incommodant d’avoir un bras douloureux au moindre mouvement, et je n’avais rien pour le tenir… Je respire un grand coup entre mes dents serrées et j’essaie de penser à autre chose… Par exemple ce que je devais faire maintenant. Je dois faire mon rapport au capitaine Kioko, mais avant, il faudrait plutôt que j’aille voir  le capitaine de la troisième… Comme ça, je pourrais le prévenir, au cas où il chercherait encore cet Adjucha qui m’avait infligé ces blessures.

Je m’avance alors lentement,  traînant un peu des pieds malgré tout, et j’essaie malgré tout de paraître normal et que mon handicap ne se voit pas trop – Le regard des hommes me semble d’un coup différent… Plus dominateur… Je les sens essayer de prendre le dessus mentalement sur moi… Je ferme les yeux et je respire calmement… Calmes-toi, Mitsue, la douleur ne doit pas occuper ton esprit…

{Eh bah… Je préfère quand même te voir après une cuite, au moins t’es souriante… Sérieusement, tu veux nous mettre le cafard ou quoi ? T’as battu le grand méchant et réussi à défendre le village, tu devrais être contente, et aller fêter ça avec tes potes au bar !}

{Il ne faudrait pas veiller à te brusquer non plus, mais tu pourrais au moins montrer aux autres une face plus souriante… ainsi, peut-être ne te regarderaient-ils plus comme si tu étais une bête de foire. As-tu seulement pensé un instant que tu es en train de te balader dans la rue, avec un air énervé et un bras amorphe ?}

Ouais, c’est vrai, mais même… Je ne vais pas non plus faire un grand sourire aux mecs qui sont en train de me mater comme si j’étais simplement une faiblarde…  Mais je vais bien devoir si jamais je veux pouvoir un jour refaire face à mon capitaine et à tous ceux que je connais… Je relève la tête un instant et je soupire – Je fais un coup de déprime encore pire que quand je suis bourrée… C’est quand même grave. Mais après… Il n’est plus l’heure de déprimer, car le temps est sérieux, je dois aller voir ce capitaine, et lui parler de cet ennemi qui n’est plus…

Je me redresse d’un coup, et je me dirige vers la porte de la onzième division, quelque part où je n’aimais en général pas aller, car je savais bien à quoi m’attendre quand je m’aventurais par ici – tout le contraire de ce que j’avais l’habitude de voir et de connaître, un manque de noblesse absolu et un manquement à tous les commandements tacites du bon comportement.

Je rentre discrètement, et je vais jusqu’au niveau du lieutenant. Me voir ainsi arriver ne semble pas le surprendre, et ma démarche sûre vaut même un regard assez neutre de sa part – Il ne me perçoit ni comme une femme faible, ni même comme une femme tout simplement, mais comme une Shinigamie, une soldate parmi tant d’autres… Tout du moins, c’est ce que j’arrive à dégager de son indifférence, il doit sûrement me voir, grosse brute qu’il est, comme un obstacle à surpasser.

« - Votre capitaine, où est-il donc ? Je souhaiterais le voir par rapport à un problème lié à un Hollow »

Il semble à la limite de me rire au nez… Pourquoi, simplement, je n’arrive pas à le comprendre, mais il trouve quelque chose drôle, mais aller jusqu’à savoir quoi était littéralement impossible – Un tel homme ne serait sûrement pas capable de traiter de dossiers importants… Et je suis sûre qu’il envoie tout à une autre division. Je garde cependant mon air sérieux, et il m’amène éventuellement jusqu’au bureau de son capitaine, et je me prépare mentalement à voir toute sorte d’horreur

Codage ©Nuagia

Revenir en haut Aller en bas

Capitaine de la Division 11

avatar
Marek Khonsou

Age : 24
Messages : 53

Avatar : Capitaine Tyranique

Sanctions : Ban Def


Feuille de l'esprit
Level: 71
XP:
8929/10400  (8929/10400)
Etat actuel: Vivant

MessageSujet: Re: Un choc de cultures[PV. Marek] Jeu 12 Mar - 21:05

Du boulot... Encore du boulot... J'en avais marre, a peine j'avais fini un dossier, qu'un autre revenait... Les sièges et les lieutenants de chaque division sous mon intendance travailler d'arrache pied, mais on n'en voyait simplement pas le bout... Quel corvée ce boulot d'administration... Le temps ou je ne gérer que ma propre division commencé a sérieusement me manquer.

Mais bon... La onzième était certainement ma division a travailler le plus, car chacun des membres de ma division accomplissait des missions, qu'il n'aurait jamais fait en temps normal, c'était eu que je connaissais le plus, et a qui je faisais le plus confiance pour que le boulot soit bien fait...

Mais...  En ce qui concerne les divisions de traques, de chasse au fugitif et de sécurité... Eux aussi tournée a plein régime, je épargner personne... On peut bien me prendre pour un tyran, tout les Shinigami sous mes ordres apprendraient le rythme de travail naturel de la onzième... On nous prend pour des barbares... C'est peut-être vrai... Après tout... Je n'en avais strictement rien a faire...

Le loin du plus fort... Je suis capitaine, les autres m'obéisse... Je ne vais pas chercher plus loin... Alors que j'étais encore le nez dans les dossiers, je fini par entendre toquer a la porte, alors que je disais:


-Entrée...


Alors que je levai la tête des mes innombrable dossiers sur mon bureau... J'avais bien de besoin de souffler un peu... J'en avais marre... L'époque ou je ne foutais rien me manquer franchement pour être honnête... C'étais du style a me faire passé pour un bon capitaine... Brr... N'importe quoi.

Enfin bon… Je restais la, assied dans mon siège… En attendant de voir ce que la jeune femme qui venait d’entrée avais a me dire, j’avais le regard totalement vide d’émotion… Alors que faisais signe a mon lieutenant de sortir de la pièce…

Je n’aimais pas avoir trop de monde autour de moi, surtout lorsqu'on devait me faire certainement un rapport.