Partagez|
Entraînement N°4 — Bankai Forme Final, "Yami Wasure"Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Vizard

avatar
Suru Izunari

Messages : 55


Feuille de l'esprit
Level: 72
XP:
7210/10800  (7210/10800)
Etat actuel: Vivante

MessageSujet: Entraînement N°4 — Bankai Forme Final, "Yami Wasure" Jeu 10 Déc - 3:11






« Quand le courage empiète sur la raison, il ronge le glaive avec lequel il combat. »
William Shakespeare, Antoine et Cléopâtre









♣ ♢ ♠ ♡

Le silence s'exprimait tel un poète, face à la nuit. Tout était inerte, avant qu'un cri ne vienne détruire tout ce qui se déroulait aux alentours, d'un terme de calme. Brisé, comme une vieille épée, le tendre silence venait de mourir dans les cris d'agonie de cette femme, et au bruit acharnés de son corps tranché, privé de ses organes s'écoulant par un orifice long de son cou à son bas-ventre. La mort finissait tout juste son chant, avant de redonner triomphe au silence, comme une éternelle fatalité, le terme de chaque son.

Mes yeux quittaient mon ordinateur alors que je m'étirais doucement, mes lunettes sur le nez, mon regard se fixant vers le plafond. Cette histoire est rudement triste… Je n'apprécie pas plus que ça me placer dans la peau d'un psychopathe pour écrire. D'autant plus que je suis d'assez bonne humeur, ça me parait tellement contradictoire. En me relevant, je m'approchais gentiment de ma chaîne hi-fi pour y laisser se diffuser Gonna Be A Long Time, me déhanchant gentiment, dansante, alors que je cherchais les affaires que j'allais porter aujourd'hui. Plutôt décontracte. Hors de question de sortir !

D'un pas dansant et d'un coup de hanche, je frappais tout doucement mon bureau pour laisser tomber mon Zanpakuto, l'attrapant du bout des doigts pour le déposer sur mon lit, habilement, tandis que je me redressais pour continuer mon chemin vers ma buanderie en chantant en chœur, attrapant un débardeur noir, mon gros pull rouge trop grand et une paire de collants en laine. Une paire de chaussettes, des sous-vêtements, et je gagnais la salle de bain pour préparer mon dimanche comme il se doit.

En me dandinant dans une joie matinale intempestive, je me séparais de mon pyjama en regardant le jour se lever depuis le couloir qui menait à ma chambre avec un grand sourire, avant de gagner une douche bien chaude. Certes, il ne faisait pas bien chaud dehors, mais ce n'est pas une raison pour être défaitiste ! Arborant bientôt une odeur sucrée, légèrement caramélisée, mélangée à un parfum discret, mais charmant, j'attachais mes cheveux après les avoir séchés rapidement, en queue de cheval, pour ne pas qu'ils ne me dérangent, remettant mes lunettes sur mon nez, avant de quitter mon peignoir pour des vêtements qui en sont un peu plus. Dieu que c'était confortable ! Tantôt la musique c'est troquée pour Smile, qui était clairement mon état d'esprit. C'était le moment de se la couler douce, et de laisser le temps au temps, pour ne m'en tenir qu'à ce que je veux. En préparant mon petit déjeuner, je laissais le cœur à l'ouvrage s'exprimer.

Libre ! Qu'est-ce que je me sentais libre ! Dans un état d'extase, même. Ce, jusqu'à ce que cette aura n'apparaisse. C'est puissant. Très puissant… Pour un Hollow, en tout cas. Enfer, et damnation, comme dirait l'autre… D'un geste las, j'éteins le feu et mon grille-pain en glissant tout de même une tranche de brioche mi grillée entre mes lèvres, après l'avoir fait basculer d'une main à l'autre plusieurs fois pour la refroidir. Le temps de baisser ma musique, et d'attraper mon Zanpakuto, me voilà partie. En arrivant dans le bâtiment désaffecté, je me suis rapidement dit que c'était un piège. Et que je devrais laisser ça à des Shinigami… Mais ceux en services sont rarement même des sièges, ils vont se faire massacrer.

Voilà que je deviens tendre avec eux. Ça me fait sourire, alors que je suis en train de risquer mes fesses. D'un Shunpo, je descends les marches sombres qui mènent dans le parking sous-terrain de cet ancien bâtiment. Je peux la sentir, cette présence… En dégainant mon Zanpakuto, j'arrive à la sentir, face à moi.

Dans un rire grave « Tu oses venir jusqu'à moi, Shinigami !? » Pas de toute, c'est bel et bien un Hollow… Ou un Arrancar. Je n'en suis pas certaine. Je soupire doucement en restant sur mes gardes, laissant s'exprimer mon Reiatsu sans exprimer le moindre mot. Après tout, en quoi je le devrais ? Cet abruti a osé me comparer à un Shinigami…

Nait. Mumei… fis-je, le second pommeau apparaissant dans ma main libre, la lame d'ombre y étant attachée comme si j'avais deux armes. Impossible de le voir dans cette obscurité. Cependant, son énergie spirituelle laissait croire qu'il n'était pas très imposant. Si c'est un Hollow, c'est au strict minimum un Adjuchas… Ça ne me rassure pas particulièrement. Pas du tout même, mais je dois rester confiante, je suppose.

Il arrive. Son premier mouvement vient droit à moi. Un Zanpakuto. C'est donc un Arrancar… En le bloquant de mes deux armes, je me surprends à être repoussée par le choc, m'envoyant valser vers un mur, me le prenant au moment où je voyais venir un cero blanc. Blanc ? Ce n'était quand même pas calculé… Si ? Le temps d'enfiler mon masque, j'esquivais juste l'attaque, le retirant après un Shunpo rapide et efficace, m'ayant envoyé plus haut, presque au plafond. Il va falloir que je l'extermine en vitesse, si je veux éviter que le grabuge qu'il émet ne provoque des victimes. Un cero qui lui est propre… Un Zanpakuto… C'est bel et bien un Arrancar, ou un Vizard que je ne connais pas. En tout cas, il doit être issu d'un Adjuchas… Il est donc dangereux. Relativement dangereux… Ce qui m'inquiète, c'est de ne pas avoir pu mettre de visage dessus. Dans tous les cas… Il me semble trop puissant pour que je ne le néglige. Je cherchais des issues, de par les courants d'airs environnants, mais rien, cet espace me semblait rudement confiné… Quelque part, ça me poussait à me dire que si j'étais contrainte d'utiliser mon Bankai, j'étais clairement à mon avantage.

Pas le temps de réfléchir, visiblement. Le temps de me retourner, je bloquais un coup qui me renvoyait au sol, puis un second, le choc de nos lames laissant entrevoir un visage marqué par un fragment de masque. Un arrancar… Alors, je n'ai pas à me retenir. Repoussant son sabre du miens, pour le faire reculer, je le pointais à l'aide du pommeau de mon autre arme. « Go ! » Fis-je en laissant la lame d'ombre foncer droit sur lui, en la voyant disparaître au gré d'un cero blanc droit sorti de la main de l'Arrancar. Je pouvais le voir, très distinctement… Son pouvoir est donc bel et bien affilié à la lumière… Pourquoi il fallait que ça me tombe dessus !?

Le temps d'un Shunpo, j'écarquillais les yeux en le voyant droit devant moi, bloquant de justesse son arme de la mienne, son pied m'envoyant valser, ce coup-ci, alors que son rire grave se laissait entendre. J'aimerais bien comprendre ce qu'il se passe, bon Dieu…
« Vas-y, Suru. Arrête d'hésiter. » J'écarquillais les yeux doucement en lançant un regard vers mon arme, allongée au sol, alors qu'un autre cero semblait venir se fracasser sur moi, me forçant à utiliser à nouveau mon masque pour l'esquiver.

« Tu ne m'échapperas pas, Suru Izunari ! Je connais ton pouvoir, et je vais t'écraser ! » L'instinct laissait place à la panique. C'est bien ce que je craignais. C'était réellement un piège. Il faut que je fuie. Rapidement. Maintenant. Le problème est qu'il fait totalement sombre, là-dedans, et qu'il m'est impossible de savoir d'où je suis venue, vu le nombre de sens où il m'a fait valser. Zut, le voilà… Le temps d'une roulade sur le côté, je me relevais en faisant un bond en arrière, bloquant un nouveau cero à l'aide du miens, retirant immédiatement mon masque par la suite, essoufflée.

« Dépêche-toi, Suru ! Tu ne peux pas t'enfuir de ce combat. » Doucement, je clignais des yeux. Mumei à raison… C'est absolument impossible que je ne m'enfuie… De plus, même si je me suis probablement déjà battue à pleine puissance dans le monde des humains, il y a forcément des subtilités qui doivent avoir échappé au meilleur des observateurs… Je l'espère… De toute façon, la réflexion ne me mènera à rien…

« Bankai ! » Fis-je, alors que la noirceur autour de moi devenait soudainement revigorante, comme familière, mon arme prenant cette même couleur. Un nouveau cero blanc, sauf que pour le coup, j'ai pu le prédire grâce à mon Reiatsu qui s'étends dans la zone. Un léger sourire naissait à mon visage, que c'était rassurant de prendre une longueur d'avance… D'autant plus que je visualisais presque son squelette, désormais. Un léger sourire naissait à mon visage. « Okibo Mumei. » répliquais-je donc en faisant apparaître mon masque pour effectuer un Shunpo juste devant lui pour donner un coup diagonal, de bas en haut. Ce coup-ci, c'est lui qui a été projeté. Mon regard se projette sur la première sphère de Kuroi Kyuu qui est apparue, un sourire en coin naissant à mes lèvres alors que j'effectuais un autre Shunpo vers, l'esquivant au dernier moment en voyant un cero blanc s'écraser dessus, mon regard se plongeant vers mon opposant, alors que je fronçais des sourcils en retirant mon masque, avant d'écarquiller les yeux face à une nouvelle forme de panique.

« Eclaire, Luz ! » Etait-ce réellement calculé ? Une lumière vive naissait, m'aveuglant presque, en me forçant à détourner le regard, alors qu'un nouveau cero blanc me fonçait dessus. Un Grand Rey Cero, pour être plus précise. Le temps d'enfiler mon masque, j'esquivais comme possible, une maigre brûlure marquée à mon épaule. Impossible de le retirer. Pourtant, je sais très bien que si je le conserve trop longtemps, le combat est voué à la perte… Mon Bankai ne parvient pas à dévorer cette lumière. Je me sens pleine de doute, dans un monde plus obscur que jamais. Je tente un cero, pour détruire les lumières produites par cet Arrancar en forme de dragon resplendissant. Ce n'était pas tant son Reiatsu qui m'effrayait, le miens était clairement plus dangereux, non, c'est bel et bien l'effet de sa résurrection. C'est la seule chose de raisonnée que j'ai trouvée à faire. L'attaquer à coup de Cero juste avant que Kuroi Kyuu ne se manifeste, pour absorber la sphère et me soigner, en jouant le plus possible avec mon masque pour conserver le plus d'énergie. Je ne faisais que joue à un jeu d'échange et de survie, consciente que j'étais la proie. Un Grand Rey Cero, encore… D'un Shunpo presque maladroit, j'esquive en me retrouvant contre un mur pour contre-attaquer à l'aide d'un Cero.

-----
Monde Intérieur
-----

J'entrouvre un œil, assise, une main sur la tête, confrontée à une migraine assez violente, à demi consciente, comprenant que je devais faire le plus vite possible avant que mon Hollow ne prenne totalement le contrôle, à l'extérieure, me retrouvant face à Mumei, les larmes se bousculant le long de mon corps, persuadée que mon heure avait sonnée.
« C'est terminé, je ne peux rien faire contre un ennemi pareil… » Un léger silence c'est imposé, avant que l'homme entouré de bandage ne fasse un pas vers moi.
« Tu ne peux rien faire ? Pourquoi ? » Nerveuse, je me triturais les doigts en le regardant, le regard assez bas, au bord de l'hystérie.
« Il émet trop de lumière, quoi que je fasse, je ne peux pas l'atteindre, notre Bankai ne l'approche même pas tant il reluit… »
« Eteint la lumière, si elle te dérange, Suru… » Je clignais des yeux doucement. Je n'ai jamais critiquée l'intelligence de Mumei auparavant, mais je crois que c'est bel et bien le conseil le plus stupide qu'on ne m'ai jamais donnée de toute ma vie… Quelque part, ça m'avait sortie de ma torpeur, maintenant, j'étais désespérée, dans le sens où je pensais que Mumei lui-même perdait la raison…
« Mais tu sais très bien que c'est impossible… Je ne peux pas le toucher avec Kuroi Kyuu… »
« Avec une sphère de Kuroi Kyuu ? Non, effectivement, aucune chance. Mais avec dix… » Je le regardais, mélangée par l'intérêt et le désespoir, ne laissant que peu d'intervalle, consciente que chaque seconde qui se déroulait m'éloignait de mon ticket retour pour la réalité, comme je me suis abandonnée à mon Hollow, le temps de cette réunion.
« C'est impossible… Et quand bien même ça le serait, je ne peux pas l'approcher avec Kuroi Kyuu… »
« Il y a un moyen… Une technique. Je n'ai pas le temps de te l'apprendre en détail, mais tu peux lancer toute les sphères d'un seul coup. Fait en sorte d'utiliser ton masque quand tu le feras. »
« Sérieusement !? Comment dois-je m'y prendre ? »
« Pas le temps de te donner des détails. Cette technique s'appelle Yami Wasure. Je te préviens, le contrecoup risque d'être violent… »

-----
Monde Réel
-----

Je clignais des yeux en voyant l'Arrancar en train de préparer un Gran Rey Cero à nouveau. Déjà huit sphères présentes, sur un maximum de dix… Il ne me manque plus qu'une minute pour pouvoir utiliser ce nouveau pouvoir dans l'intégralité de son potentiel, de ce que j'en sais. Une petite minute, et il serait totalement désarmé ? Je décidais d'affronter son Gran Rey à l'aide de mon propre Cero. Certes, la technique en elle-même est moins puissante, mais mon Reiatsu, lui, me permet de tenir à peu près, le choc des deux techniques durant quelques secondes, avant qu'un Sonido et un Shunpo nous rassemble pour un croisement de fer brutal, me donnant l'avantage quelques secondes en chargeant un Cero pendant qu'il tentait un coup de tête, le projetant contre un mur, tandis que de mon côté, mon masque c'était endommagé. D'un geste de main, je le reconstituais en le voyant charger. Plus que dix secondes… J'esquivais son coup d'un Shunpo en répliquant d'un cero pour le forcer à bouger plutôt que d'attaquer les sphères de Kuroi Kyuu, pour ne lui laisser aucun répit. Ca y est…

« Yami Wasure ! » Fis-je. Mon Reiatsu se manifestait, assez soudainement. Mes yeux s'écarquillaient doucement. Je pouvais le sentir. Pendant un court instant, je pouvais tout voir. Absolument tout voir, et tout ressentir dans l'enceinte d'Okibo Mumei. Une demi seconde, mais ça m'a suffit à ressentir cette froideur horrible produite par le pouvoir de mon Zanpakuto. La garde de mon Zanpakuto s'entourait d'un Reiatsu épais, comme pour essayer de me dévorer. Ca me parait dangereux. La demi seconde suivant ma clairvoyance, je sentais mes yeux fatiguer. Malgré Kuroi Kyuu, je voyais moins bien. Ca me semblait une conséquence logique, que mon cerveau soit fatigué après avoir vu tant de chose. Ce qui est sûr, c'est que j'arrive à sentir cette connexion entre mon arme et les sphères d'énergie. En fermant doucement les yeux, je me concentrais de façon à les faire revenir à moi, faisant un mouvement en arrière avec mon arme, d'à peine quelques centimètres, les sphères m'entourant comme si elles allaient me foncer dessus. Pendant un instant, j'ai été effrayée et j'ai sentis que la concentration que me demandait cette technique ne me le permettait pas. C'est comme ça que j'ai perdu l'une de mes dix sphères, qui c'est écrasée au sol. Le temps de me recentrer, je soufflais doucement en rouvrant les yeux, toute les sphères venant soudainement se propulser à la vitesse de mon Shunpo sous masque de Hollow, frappant l'Arrancar, incapable de réagir face à la différence de vitesse entre nous, de plein fouet, la lumière diminuant énormément de par ces tâches d'encre qui recouvrait presque tout son corps, alors qu'Okibo Mumei le dévorait, et commençait à faire faiblir sa résurrection, son Reiatsu ne se matérialisant bientôt plus en lumière. Visiblement, l'une des sphères ne l'avait pas toucher. Ca ne me choque pas trop, c'est la première fois que j'utilise ça. J'ai été surprise par ce mécanisme étrange, qui me demande d'étendre ma perception de façon extrêmement fine et précise, pour créer ce Reiatsu... J'ai cru entrevoir une force pratiquement invisible entre les sphères et mon arme... Comme si leur lien se faisait par une sorte de chaîne, comme celles des Hollow. Mais... Invisible. Ca expliquerait l'essence même de cette technique : c'est d'abord d'étendre mon Reiatsu sur mon Zanpakuto, et de me servir de celui-ci comme d'un catalyseur pour y rattacher toutes les sphères, le pouvoir émis suffisant pour les contrôler par la pensée.

« Qu'est-ce que c'est que ça !? Qu'est-ce que tu m'as fait !? Pourquoi ça ne s'enlève pas ce truc noir !? » Je soupirais doucement. J'avais remarqué que la zone d'Okibo Mumei c'était divisée par deux, et je sentais l'obscurité se faire un peu plus petite, comme si j'arrivais bientôt aux limites de mon Bankai. J'y étais surement presque, d'ailleurs… Il faut que j'agisse vite. Mon masque, lui, semble continuer de se porter de façon stable, par rapport au combat que j'ai mené. D'un Shunpo rapide, j'apparaissais devant l'Arrancar, le peu de lumière restant éclairant mon visage fatigué.

« Non, non, ne fais pas ça ! Je t'en prie ! »
« Désolée. On dirait que tu t'es fait écraser… » Fis-je, le voyant disparaitre dans une tentative de fuite désespérée à l'aide d'un Sonido, le rattrapant, me permettant de constater que notre niveau était réellement différent. Lorsque j'étais lieutenant, un petit centenaire auparavant, je n'aurais pas tenue cinq minutes. Evidemment, les choses sont différentes… D'un coup de sabre, je le tranchais, m'étonnant moi-même de voir l'efficacité de Kuroi Kyuu, que j'utilisais pour la première fois sur un ennemi ayant le Hierro. Etonnant. Stupéfiant, même, alors que je me retournais pour éviter de faire face à l'ennemi, disparaissant purement et simplement. Je me demande si les Arrancar vont à la Soul Society, comme les Hollow. Dans tous les cas… Je sentais la fatigue me gagner, en désactivant mon Bankai je soupirais en me servant d'un cero pour me frayer un chemin jusqu'à la surface, en démolissant le plafond, ni plus ni moins, rejoignant "le monde commun", si l'on peut dire, d'un saut, pour regagner mon petit appartement.

Avec tout ça, je suis bonne pour reprendre une douche… Et oui, c'est l'une des seules choses qui me préoccupe. A peine arrivée, je me suis immiscée sous l'eau chaude, pour ressortir de la salle de bain en peignoir et m'écrouler de fatigue dans mon lit, le sommeil ne se faisant pas attendre. Pendant mon stage aquatique, j'avais eu le malheur d'anticiper les courbatures à venir… Dieu que c'était usant, rien que d'y songer. Enfin, sur ce, Morphée m'attends.













Revenir en haut Aller en bas


avatar
Maître du Jeu

Messages : 147


MessageSujet: Re: Entraînement N°4 — Bankai Forme Final, "Yami Wasure" Mer 6 Jan - 11:08




Rôliste : Suru Izunari

Récompense générale


XP de base pour le RP :
100 xp

Bonus construction:
50 xp

Bonus cohérence:
50 xp


Récompense combat :
Arrancar, niveau 67 = 670 xp


Récompense pour le contenu


Nombre de mots :
3065 - (225 x 1)  = 2840

Xp par mots supplémentaire :
0.5 x 2840 = 1420 xp


Sous-total :
1420 + 100 + 50 + 50 + 670 = 2290 xp


Total :
2290 + 0 - 0 = 1620 xp

2290 XP

Revenir en haut Aller en bas
Entraînement N°4 — Bankai Forme Final, "Yami Wasure"Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires-
» Entraînement N°4 — Bankai Forme Final, "Yami Wasure"
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach Soul Of Eternity :: Monde des Humains :: Le reste du monde :: Alentours de Karakura-